Scouts Unitaires de France Scouts Unitaires de France

Un mouvement catholique

Le scoutisme est un complément d’éducation. Pour base il prend la religion – pour nous la religion catholique – pour méthode caractéristique, l’étude de la nature, (…) et il a pour but d’aider l’enfant, (…) à développer personnellement sa santé, son habileté professionnelle, et surtout son caractère et à prendre l’habitude du service et du dévouement : ainsi, le jour venu, se sera-t-il préparé à être un bon citoyen des républiques de ce monde et du royaume de Dieu.
Père Jacques Sevin, fondateur du scoutisme catholique.

Mouvement catholique d’éducation, les SUF offrent toute latitude à l’expression de la foi au sein de l’aventure scoute. Elle est présente à chaque instant de la vie scoute : le goûter et le jeu, la randonnée et le service.

La progression spirituelle se déploie dans chaque activité, avec le secours de la Grâce.

La vie en équipe invite à l’attention aux autres, aux plus petits, au service, à l’accueil, à l’ouverture, c’est à dire à vivre l’Evangile naturellement et spontanément. A chaque âge, à chaque instant, pour chaque enfant, la vie scoute propose une rencontre avec le Christ. La nature est le lieu privilégié de la découverte du don que Dieu fait à chaque homme et à tous les hommes.

 

Cette imprégnation qui permet au jeune de découvrir ou d’approfondir sa foi passe notamment par :

1 – Le rôle de l’animateur principal : Il a charge d’âme et est responsable de la progression spirituelle du jeune qui lui est confié.
2 – Le rôle de la maîtrise, soit l’ensemble des animateurs : Elle choisit en chaque début d’année un thème spirituel, alimenté lors des rencontres de l’année afin de nourrir la foi des jeunes.
3 – Le rôle de l’aumônier de groupe : il épaule la maîtrise d’unité ; il célèbre les messes, propose la confession, proclame la Parole de Dieu. Il est un soutien spirituel pour tous et chacun.
4 – La présence de l’unité à la messe, quand une sortie a lieu le dimanche ou lors de grandes fêtes du calendrier liturgique.
5 – Le rattachement du groupe scout à une paroisse du diocèse, dont il en est un membre actif : animations des messes, participation aux différentes actions vers les paroissiens – notamment les jeunes, services à rendre, etc.

 

C’est pourquoi, avant qu’il s’engage dans le scoutisme, il est recommandé aux parents d’évoquer avec leur enfant la dimension spirituelle des Scouts Unitaires de France. Ils sont invités à questionner les chefs de groupe, l’aumônier et les futurs chefs ou cheftaines de leur enfant. En un mot, l’accueil d’un enfant au sein d’un groupe SUF suppose un engagement réciproque, en harmonie avec le jeune et sa famille, l’aumônier, la communauté des chefs.

 


Les non-baptisés peuvent-ils devenir SUF ?


Pour les jeunes qui souhaitent rencontrer Dieu, les SUF proposent des réponses adaptées à chaque tranche d’âge. Suivant la maturité de chacun, le jeu, la vie en communauté, l’attention aux plus petits, les temps de prière et de célébration peuvent permettre une rencontre personnelle avec le Christ vivant. C’est le Seigneur qui a toujours l’initiative. Mais il importe que le jeune soit curieux d’entendre l’appel que Dieu lui adresse à devenir son ami, son enfant, à entrer en communion avec lui par le baptême. La promesse est une étape pour mieux connaître l’Eglise et le Christ.
– Un jeune peut prononcer sa promesse s’il est intéressé par la vie chrétienne.
– Un chef d’unité doit être baptisé et soucieux, malgré ses faiblesses, de témoigner joyeusement de la Présence rayonnante du Seigneur.