La méthode scoute

La méthode inventée par Baden-Powell contient largement de quoi passionner les filles et les garçons d'aujourd'hui. Formation globale et complète de la personne, de l'enfance à l'âge adulte, elle se décline autour de 5 axes :

Pour la branche éclaireurs, la méthode scoute peut aussi passer par la pratique du scoutisme marin.

UNE PEDAGOGIE : LE JEU

De 8 à 17 ans, l'enfant comme l'adolescent ont besoin du jeu pour grandir dans un univers à leur mesure. Le jeu est l'activité naturelle de l'enfant qui, par lui, expérimente et découvre le monde. Jouer, pour un enfant, n'est jamais une activité futile. C'est un comportement aussi naturel que peut l'être la respiration. En jouant, on s'amuse, on se fait des amis, on apprend des règles, on se projette dans un monde imaginaire, on rêve, on construit, on apprend, on progresse, en un mot : on grandit.

UN CADRE : LA NATURE

Chaque garçon et chaque fille est accueilli avec sa vocation particulière. La pédagogie S.U.F. vise à faire fructifier les dons reçus par chacun. La nature est le lieu par excellence de cet épanouissement. L'enfant ou le jeune peut se mesurer à une réalité extérieure qui lui apprend à ne pas se payer de mots : la pluie, ça mouille et la tente prend l'eau si elle est montée de travers ! La nature réclame un effort d'apprivoisement. Elle éveille chacun à un rythme progressif. Elle offre un cadre d'émerveillement et de dépassement de soi.

UNE PROGRESSION PERSONNALISEE

Les SUF privilégient la personne au groupe. Ils ont la passion de faire grandir Paul, Marion, Ségolène ou François pour qu'il ou elle devienne toujours plus Paul, Marion, Ségolène ou François. Dans chaque unité, le chef ou la cheftaine applique une pédagogie de l'effort et du savoir faire en veillant à ce qu'elle soit la plus personnalisée possible. Et c'est la petite Jeannette ou le jeune Eclaireur qui s'engage personnellement par sa Promesse : chacun est acteur de sa propre progression.

LE SYSTEME DES PATROUILLES

Le génie de la méthode scoute est de réunir dans la même patrouille, (la même équipe) des garçons ou des filles de 12 à 17 ans. Les aînés sont amenés à dépasser les difficultés de leur âge pour s'occuper des plus jeunes. Ils sont poussés à la qualité, à l'exigence vis à vis d'eux-mêmes parce que les plus jeunes les regardent comme des grands pleins de savoir, de compétence et de maturité. Quant aux plus jeunes, ils sont appelés à grandir par l'exemple de ces grands frères ou de ces grandes sœurs qui les initient petit à petit à l'art de devenir des hommes ou des femmes debout.

LA FOI CHRETIENNE

La foi chrétienne embrasse tous les instants de la vie scoute : le goûter et le jeu, la randonnée et le service. La progression spirituelle s'exerce dans chaque activité, considérée à la lumière de la grâce. La vie en équipe invite à l'attention aux autres, à la prévenance, au service, à l'accueil, à l'ouverture, c'est à dire à vivre l'Evangile naturellement et spontanément. A chaque âge, à chaque instant, pour chaque enfant, la vie scoute propose une rencontre avec le Christ.

LE SCOUTISME MARIN

Les jeunes de 12 à 17 ans peuvent également devenir scouts marins. Aujourd’hui sept troupes (150 garçons) vivent la pédagogie scoute dans un autre cadre : la mer. En plus d’apprendre la vie scoute, ils assimilent les techniques de navigation et l’esprit marin : l’attention permanente à l’autre. La solidarité est la base grâce à laquelle tout se passe bien sur un bateau.  Leurs chefs – eux - passent les qualifications nécessaires à l’encadrement des jeunes, pour vivre quelques jours en mer sur les voiliers lors du camp d’été. Les equipages, de 4 à 7 scouts, sont sous la responsabilité d’un jeune de 17 ans diplômé tandis que les chefs de camp (18 à 25 ans) surveillent les trois à quatre bateaux dont ils sont responsables. Leur formation est validée par la Commission nationale du scoutisme marin.

Les SUF font partie des cinq associations reconnues par l’Etat qui pratiquent des activités marines. Elles sont chacune dotées d’une « Commission Marine ». Les Commissions Marines de chacune des associations exercent deux missions‑clés pour l’encadrement des activités scoutes en milieu maritime :

  • la formation et la qualification des jeunes et de l'encadrement,
  • la délivrance de visas techniques pour les projets d’activités et de camps. 

Le rapprochement au sein de la Commission nationale du scoutisme marin (CNSM) des 5 associations reconnues par l’Etat et pratiquant des activités marines permet une reconnaissance officielle et une mutualisation des diplômes et des programmes de formation. 

Tous les 5 ans, des experts du ministère de la Jeunesse et des sports référents de la pratique de la voile et des pédagogies de l’enseignement auditent le référentiel de formation et de compétences de la CNSM. Le dernier audit date de 2013 et a confirmé le référentiel de formation et de compétences.


Scouts marins



Scouts marins



Scouts marins